L'Interview EENET

Il y a vingt-deux ans, un jeune home déterminé naquit dans une famille de sept enfants à Walvis Bay, en Namibie. Paulie Nanyeni décrit ici comment, devenu sourd dans son enfance tardive, il a terminé ses études supérieures avec succès, et pourquoi il soutient le développement de l'éducation inclusive dans son pays.

Quelle expérience as-tu eu de l'éducation avant de devenir sourd?
J'ai commencé l'école primaire au nord de la Namibie à l'âge de 11 ans alors que j'entendais encore normalement. En 1997, ayant brillamment terminé l'école primaire, je fus admis au cours secondaire senior. C'était un pensionnat et la vie y était très agréable.

Quand as-tu perdu l'ouie?
Ma vie dans cette école fut de courte durée. Le dernier jour des vacances, j'ai contracté le paludisme. Mon visage s'est enflé et j'ai commencé à entendre très faiblement comme si on me parlait de très loin. Quelque chose n'allait pas dans mon oreille gauche - comme une mouche mais qui n'est jamais sortie. Le lendemain matin, il n'y avait plus aucun son. J'étais optimiste au départ : mon ouie redeviendrait normale et je pourrais retourner à l'école. Mais lentement, j'ai réalisé que je devais vivre ma vie entière sans plus rien entendre et j'ai commencé à m'adapter.

Comment t'y es-tu adapté?
J'ai appris à lire sur les lèvres. Ce qui était simple et drôle. A la maison, j'accompagnais ma mère au champ. Quand elle me demandait de faire quelque chose, je répétais toute la phrase. Apprendre le langage des signes n'était pas aussi intéressant. J'ai détesté ça - ainsi que les enfants sourds ! Cela m'a pris du temps pour accepter ce langage. Finalement, je m'en contente. Le deuxième semestre passa et je n'étais toujours pas retourné à l'école : c'était vraiment frustrant ! Je voulais y retourner mais je devais attendre l'année suivante pour aller à l'Ecole Spéciale de Eluwa !

Comment était-ce d'étudier avec d'autres enfants sourds?
La compétition entre les apprenants était très rude. Mais ayant entendu pendant plus de 15 ans, je savais utiliser la langue anglaise. J'ai terminé le niveau 10 : j'étais le seul candidat à avoir réussi à passer de l'école depuis 1999. J'étais prêt à relever le défi des niveaux 11 et 12, mais je me suis retrouvé à la maison. Il n'y avait pas d'éducation supérieure pour les malentendants en Namibie. Ceci m'a appris à être endurant. Aucun obstacle ne m'arrête.

Comment as-tu pu accéder au cours secondaire?
En 2001, grâce à l'aide de l'Inspecteur de l'Education Spéciale, je fus admis dans mon ancienne école secondaire sans avoir reçu aucune préparation spéciale. J'ai pris des notes, lu sur les lèvres et abordé les enseignants après chaque cours ! L'ambiance de cette école était excellente et cela se reflétait dans mes résultats. Je suis toujours le seul malentendant ayant le certificat du niveau 12.

Pourquoi as-tu décidé de poursuivre les études universitaires malgré les difficultés?
Je suis en troisième année d'éducation à l'Université de Namibie. Je fais ceci pour mon pays, et pour tous les élèves malentendants. Je suis très fier d'avoir atteint un niveau d'éducation aussi élevé. Ma vie a complètement changé! C'est vraiment bon pour moi, et je projette de travailler pour mon gouvernement, qui m'a rendu tout cela possible. Du jour où je suis entré à l'université, je ne me suis plus jamais senti le même.

Quel a été le rôle de ta famille?
Je donne une mention spéciale à ma famille, spécialement à mon défunt père. Ma mère s'est assurée que j'avais mon uniforme scolaire et que je mangeais régulièrement. Mon frère m'a aidé pour mes multiplications chaque week-end, et mes amis étaient toujours prêts, disponibles à répondre à mes questions.

Quel soutien as-tu reçu?
Le Département de Psychologie de l'Education et de l'Education spéciale m'a supporté. Une membre du staff, Mme February, est mon professeur particulier et a suivi des cours de langage des signes pour que nous puissions communiquer de manière plus efficiente. Si j'avais un ordinateur portable, je téléchargerais les note de cours et je lirais sur les lèvres pendant les cours.

Quelle est ta vision du futur?
Après l'obtention de mon diplôme, je vais travailler avec le Ministère de l'Education, où je mettrai l'accent sur l'innovation et la promotion de l'éducation spéciale. Je veux offrir une meilleure éducation aux générations futures. Je veux aussi me retrouver au parlement d'ici cinq ans pour pouvoir influencer mes camarades à résoudre pleinement le problème des malentendants. Mon rêve est de voir le monde entier capable de me reconnaître pour ce que je suis moi-même et non simplement comme une personne qui est sourde !

Paulie est le Président de l'Association des malentendants de Windhoek et Vice Président de l'Association Nationale des malentendants de la Namibie. Email:

 

Reference:
Link: http://www.eenet.org.uk/resources/eenet_newsletter/news9_fr/page14.php
Published in: Enabling Education 9_