Entretien avec EENET - L'éducation integratrice au Cameroun

Patrick Fonyuy Shey est le coordinateur d'une association locale qui porte le nom de Volontaires pour les Personnes Handicapées (VOFODIS). Il travaille depuis cinq ans comme volontaire avec des enfants handicapés, et tout particulièrement avec ceux qui ont des handicaps du développement. Patrick parle anglais et est originaire de la région du Nord-Ouest du Cameroun, de l'une des deux provinces anglophones de ce pays. Dans notre article, il répond aux questions qui lui sont posées au sujet du lien qu'il y a entre EENET et l'activité qu'il mène.

"J'ai un besoin urgent d'avoir plus de renseignements sur la question de l'éducation integratrice. Je serais extrêmement reconnaissant à EENET de bien vouloir continuer de me fournir les renseignements nécessaires sur le sujet."

Comment avez-vous découvert EENET?

J'ai tout d'abord entendu parler de ce réseau par les bulletins d'EENET qui nous sont distribués par la division internationale du département de l'éducation spécialisée de l'université d'Oslo, en Norvège.

Pourquoi cela vous intéresse-t-il de vous impliquer dans ce projet?

En tant qu'individu très intéressé par la ligne d'action de l'EPT je crois que le fait de partager des idées sur l'éducation integratrice peut aider à changer les mentalités, et tout particulièrement dans mon pays où il y a peu ou pas d'intérêt pour l'éducation des personnes en marge de la société. On devrait faire remarquer que la majorité des enfants ayant des besoins spéciaux sont toujours considérés comme des enfants bannis dans la plupart des communautés. Ils sont souvent cachés au fond de la maison et ne sont pas acceptés par les écoles ordinaires.

Quel est votre rôle dans l'éducation des groupes marginalises?

En tant que coordinateur de VOFODIS qui s'efforce de promouvoir et de protéger les droits et l'intégration des personnes handicapées, nous avons mené à bien une campagne de sensibilisation. Nous avons parlé à des professeurs, à des enfants et à des parents sur la nécessité qu'il y avait à faire valoir et à propager l'idée l'EPT. Nous avons l'intention d'adopter une stratégie qui consiste à procéder au cas par cas, c'est-à-dire enfant par enfant. Nous pensons que cette méthode est une des méthodes possibles qui peut encourager l'éducation integratrice dans nos écoles. Nous avons aussi l'intention d'y inclure un enseignement réservé aux albinos, aux enfants réfugiés de la rue et aux enfants traumatises par la guerre qui proviennent des pays voisins

"L'une des maladies dangereuses qui rongent nos communautés aujourd'hui est le manque d'information."

Qu'est-il en votre pouvoir de faire pour promouvoir EENET?

J'ai l'intention d'éveiller la conscience des gens et de lancer une campagne d'information afin de rendre public les activités dans lesquelles EENET est impliquée: au Cameroun et en Afrique de l'Ouest en organisant des ateliers et des séminaires pour tous les dépositaires d'enjeux, en y incluant les programmes de réadaptation a base communautaire (RBC).

Comment est ce que EENET peut vous aider dans votre activité?

En Afrique de l'Ouest, l'éducation spécialise en est à son balbutiement. Lier les associations et les organisations qui s'efforcent d'atteindre les mêmes objectifs peut aider à faire partager les idées et les expériences au sujet de l'éducation integratrice. Les renseignements et les ressources matérielles nécessaires représentent ce dont nous avons besoin dans le sud. Un grand travail de sensibilisation est nécessaire. La répartition des renseignements peut aider à promouvoir l'éducation integratrice dans nos communautés où peu de gens semblent se soucier du bien-être des personnes marginalisées. Nous avons aussi besoin de créer des opportunités en vue de faire de la formation afin de nous aider à améliorer et à partager nos connaissances.

"Je vous remercie pour tous les documents intéressants que vous m'avez envoyés. Ils sont utiles pour ceux d'entre nous qui ne possédons pas de documentation relative et s'efforçent de développer ce projet d' éducation integratrice ".

Avez-vous utilisé le web site d'EENET?

Je n'ai malheureusement pas pu regarder ce que EENET offrait comme ressources sur le site internet. Il n'est pas facile d'avoir accès à l'Internet d'où je suis. En général, ce sont les centres d'affaires qui détiennent le monopole des services et ils demandent des sommes très élevées pour ceux qui désirent s'en servir.

Comment est ce qu'EENET peut améliorer les services qu'il offre?

Tout d'abord, je voudrais exprimer ma reconnaissance pour ce qu'EENET a fait jusqu'à présent dans le domaine du développement de l'enseignement des groupes marginalisés dans le monde entier. Je pense que ceci représente un évènement marquant en ce qui concerne l'enseignement d'enfants ayant des besoins spéciaux. Toutefois, je pense qu'EENET peut décentraliser les services qu'il offre en établissant des liens avec des agences régionales lesquelles peuvent aider à faire circuler l'information. Je suggère également l'idée pour EENET de concentrer une partie de ses ressources dans la formation despécialises formateurs. (Ceci paraît tout à fait indispensable pour le développement de l'éducation integratrice des communautés Africaines d'aujourd'hui).

On peut contacter Patrick Fonyuy Shey à l'adresse suivante: P.O BOX 3140, Yaounde, Cameroon, West Africa.

Tél : (237) 22 61 45 Email : or

Dans chaque numéro de " Enabling Education" (EENET), nous faisons figurer un entretien. Dans le numéro 2, nous avons eu des nouvelles d'Ana Maria du Portugal qui traduit habituellement les bulletins en Portugais. Dans le numéro 3, nous avons eu des nouvelles de Nithi en Afrique du Sud qui nous a dit combien le film vidéo sur: "La préparation des professeurs sur l'éducation integratrice à Lesotho" a été utile pour son travail dans la formation des professeurs. Et vous, avez-vous des choses que vous aimeriez partager avec nous dans notre prochain numéro? Veuillez nous envoyer vos idées.


Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function mysql_connect() in /home3/eenet/public_html/reference.php:6 Stack trace: #0 /home3/eenet/public_html/resources/eenet_newsletter/news4_fr/page13.php(71): require() #1 {main} thrown in /home3/eenet/public_html/reference.php on line 6